Loueurs : les EPI, des normes à respecter

Christelle DA CUNHA
En charge du marketing chez Ginkoia, Christelle travaille avec les acteurs du retail sport depuis plus de 5 ans afin de leur partager la culture du commerce des consultants Ginkoia, au service de la réussite de chaque commerçant.
30 octobre 2018 - 2 mn

Retour sur un accident qui a marqué les esprits

Par une fraîche matinée de décembre 2013, un accident sur une piste a mis en lumière un élément clef de la sécurité, les Équipements Individuels de Protection (dit EPI). Même si le traumatisme que les fans du pilote de Formule 1, Michael Schumacher, ont vécu lors de sa chute contre un rocher a été le principal intérêt des médias, le casque que le sportif portait était le premier élément incriminé.

Sa protection s’est cassée sous l’impact, une caméra était accrochée dessus, sur un support collé. Dans un premier temps, le constructeur de la caméra fut mis en cause, ce qui fera vaciller son cours en bourse, puis c’est au tour du fabricant du casque et celui des fixations de skis. L’enquête s’est naturellement orientée vers le magasin qui avait loué ces matériels.

Finalement les éléments de protection ont été mis hors de cause. Mais il n’en fallait pas moins pour faire réagir les professionnels du secteur et les pouvoirs publics.

Même si les premiers règlements datent de 1989, les premières obligations contraignantes pour les activités de sport d’hiver datent de 2009 et depuis la saison 2014/2015, les campagnes de contrôles en magasin sont légion.

Deux réglementations pour les Équipements Individuels de Protection

1- Les équipements individuels de protections pour les pratiques sportives doivent respecter les normes conformes aux dispositions du Code du Sport. Ex : les casques, norme NF EN 1077 (voir le document de CRITT Sport Loisirs) et (Voir l'article du ministère des sports)

2- Le matériel mis à la location (dit d’occasion) doit est entretenu selon des règles strictes.

Il est obligatoire d’avoir un référent connu et qualifié au sein de la structure qui vérifie la mise en œuvre des bonnes pratiques. La norme précise l'obligation de tenir un registre regroupant l'ensemble des fiches de vie des matériels. Ce registre n’a pas de format spécifié, il pourra être informatisé comme sur papier.

Ces fiches de vie sont uniques, par matériel et doivent être rempli par le référant. Elles comportent la date de fabrication, d’achat et sa durée maximale d’utilisation. L’entretien complet doit se faire au minimum tous les 12 mois et doit aussi être inscrit dans le registre. Si un événement important survient au matériel (ajout d’option, sticker, numérotation ...) celui-ci doit être aussi consigné.

Les modes d’emplois et d’entretiens, préconisés par les fabricants, doivent être liés à chaque fiche.

Lors de tout contrôle par un inspecteur de la DGCCRF, ce registre doit être à jour et disponible pour consultation sur le site par l’administration et les clients.

L’état et les collectivités ont mis en place un site permettant d’approfondir le sujet et vous met à disposition de la documentation pour vos clients.

  • Parce que Ginkoia a conscience de ces réglementations, nous développons actuellement pour les magasins de location, un système de fiche de vie directement sur le logiciel.

 


Vous souhaitez en savoir plus sur la location de ski ? N’hésitez pas à consulter notre page dédiée ou à télécharger notre guide !

Téléchargez le guide : 6 semaines pour réussir sa saison

Partager l'article :
S'abonner au blog
Pas de spam, mais du contenu pour vous aider dans votre métier 1 fois /mois ! Recevez les dernières publications faites sur le blog du commerce de sport.